4 décembre 2011

Mygale


de Thierry Jonquet


Eve ? Qui est-elle ? Qui est Richard Lafargue, l'homme qui la promène à son bras dans les soirées mondaines puis l'enferme à double tour dans une chambre ? Pourquoi ce sourire subtil sur les lèvres de la jeune femme et autant de rage si mal contenue sur les traits creusés de son compagnon ? Pourquoi vivre ensemble si c'est pour se haïr avec tant de passion ? Drôle de couple... Quel incompréhensible passé lie ces deux êtes hors du commun qui se cachent la plupart du temps derrière les murs de leur villa si tranquille ? Pourquoi les paroles si douces de The Man I love deviennent-elles entre eux l'expression radicale de la haine la plus absolue ?


***


J'avais envie de lire ce roman depuis pas mal de temps, et l'adaptation au cinéma par Pedro Almodovar n'a fait qu'accentuer ce désir.

La 4ème de couverture m'a intrigué. J'avais envie de découvrir ce couple et, surtout, connaître les raisons de cette attirance et cette répugnance qui semblaient les lier. J'ai été très surprise par les deux autres histoires qu'on suit en parallèle et cela n'a fait que souligner mon intérêt et mes interrogations vis à vis de ce récit. Même si l'intrigue se dévoile assez rapidement, il faudra attendre les dernières pages pour comprendre les raisons de cette folie et de cette vengeance hors norme, abjecte, irréelle....
Avant de découvrir le fin mot de l'histoire, une question traverse régulièrement notre esprit "Est ce que c'est crédible ?"... Oooh que oui ! Ce roman tient la route du début à la fin, il faut avouer que l'auteur maîtrise parfaitement son récit. Il tisse sa toile avec délectation : c'est intense et effrayant.

C'est un livre idéal pour un après-midi pluvieux, sur un court trajet de train vu son volume. Egalement entre deux romans.

Je suis vraiment impatiente de voir "La piel que habito" : en effet, je suis très étonné par le choix du réalisateur et j'ai vraiment du mal à imaginer le rendu sur grand écran.


4/5
Édition  : Folio Policie
Nombre de page : 156
1999



Mon avis sur le film :
Vu.
A venir.

Aucun commentaire: